Origens Media Lab

Origens Media Lab est un laboratoire de recherches conçu comme un tiers-lieu interdisciplinaire en sciences humaines et sociales. Fondé en 2010 par Emilie Ramillien et Diego Landivar, Origens a été pensé comme un espace permettant de s’affranchir de certaines contraintes institutionnelles pesant sur les établissements de recherche conventionnels (axes de recherches délimités, faible interdisciplinarité, lourdeur administrative, angoisse financière, frilosité épistémique,…) et ne permettant pas d’embrasser pleinement toutes les latitudes méthodologiques et épistémiques.

Origens se propose d’enquêter sur ce qui se joue derrière la crise écologique que nous traversons, non pas comme un défi purement technique, mais comme véritable mutation anthropologique qui ne cesse de redistribuer les différents agencements du monde. Cette crise de nos milieux de vie oblige à radicaliser certaines options épistémiques afin de pouvoir penser des objets, qui sont sinon difficilement appréhendables à travers le prisme classique du naturalisme scientifique. Origens enquête sur les transformations cosmologiques induites par l’Anthropocène en mobilisant des cadres méthodologiques à la croisée des humanités numériques, de l’ethnographie, de la philosophie et de la sociologie. Nous ancrons notre démarche dans un travail approfondi d’enquête (au sens pragmatique et anthropologique du terme) que nous conduisons sur divers terrains (auprès d’agriculteurs et de paysans, auprès de communautés indigènes ou encore au sein des terrains numériques, …).

Equipe

14268985967_12a9f2fdae_k

Diego Landivar, Directeur et co-fondateur d’Origens Media Lab. Docteur en Economie du Développement (CERDI-CNRS), ancien élève de l’Ecole Normale Supérieur de Paris-Saclay. Ses travaux portent sur les reconfigurations ontologiques, à partir d’une focale à la fois anthropologique et numérique. Ses enquêtes portent sur les reconfigurations cosmopolitiques dans les pays andins, le droit des non-humains, le statut des objets, les controverses autour de la transition écologique, l’indianisme, les attentats, les ontologies territoriales ou encore la décolonisation de Mars. Voir +.

Emilie Ramillien, Anthropologue, co-fondatrice d’Origens Media Lab, ses recherches portent sur les frictions et superpositions des cosmologies traditionnelles et modernes dans nos mondes contemporains (France et Bolivie). Elle s’intéresse principalement aux résistances indigènes et féministes au colonialisme naturaliste,  aux droits des non-humains et aux trajectoires politiques et sociales d’entités telles que la Pachamama.

Alexandre Monnin, Directeur Scientifique d’Origens Media Lab,  Docteur en philosophie de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, sa thèse a porté sur la philosophie du Web, un courant dont il a été le pionnier avec Harry Halpin (MIT/Inria) et Yuk Hui (Leuphana) (cf. H. Halpin & A. Monnin (éd.)  Philosophical Engineering. Towards a Philosophy of the Web, Wiley Blackwell 2013). Ses travaux empruntent aux sciences sociales les enjeux du terrain et il se réclame de ce fait d’une philosophie empirique. Sa recherche porte sur les enjeux ontologiques du Web et du Web sémantique, l’histoire de l’IA mais aussi l’art contemporain et ses liens avec la recherche actuelle, l’Anthropocène et la fin du numérique ou encore la question de la coopération et des communs. En 2016, il fonde le Community Group « Web We Can Afford » au sein du W3C.  Auparavant, Alexandre Monnin a notamment été l’architecte de la plateforme numérique de la Fondation des Galeries Lafayette pour l’art contemporain, Lafayette Anticipation (2014-2016), chercheur chez Inria (2014-2017), Responsable Recherche Web à l’Institut de Recherche et d’Innovation du Centre Pompidou (2010-2013) et l’initiateur du DBpedia francophone (2011). Il est également membre du réseau d’experts de la mission Etalab sous la responsabilité du premier ministre depuis 2013. Voir +.

31459090333_f5e1ee6022_kMarco Dell’Omodarme est philosophe. Maître de conférences dans l’UFR Arts de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, il est membre de l’Institut ACTE (UMR 8218), équipe Études de la culture. Ses recherches croisent philosophie de la connaissance et des cultures populaires, théories féministes et décoloniales. Elles portent sur l’épistémologie des savoirs situés, les processus d’apprentissage et les formes marginales d’expérience du monde, en lien avec l’émergence des études des ontologies non occidentales et des critiques des ontologies et métaphysiques liée à l’expérience du monde en Occident et dans le système épistémo-économique qui le gouverne.

Patrice Cayre est docteur en sociologie. Après un parcours du côté des sciences de la nature dans le secteur éducatif et des engagements dans les milieux associatifs, il conduit des recherches sur la façon dont le monde agricole se saisi des questions de crises et de transition écologiques. En collaboration avec des scientifiques des domaines biotechniques et écologiques, il cherche à préciser, par l’enquête, les formes et les dynamiques des agencements sociotechniques, matériels, naturels, moraux, éthiques et ontologiques des acteurs du monde agricole faisant face au moment de transition. Il s’intéresse également à la façon d’accompagner ces changements par la recherche, la formation et le développement.

35300254871_41ec1a5268_k

Emmanuel Bonnet, Enseignant Chercheur en Sciences de Gestion. Emmanuel est enseignant-chercheur au Groupe ESC Clermont et au Centre de Recherche Clermontois en Gestion et Management. Ses recherches portent principalement sur les dynamiques collectives d’apprentissage dans les projets innovants qui accordent une place importante à l’exploration. Il a participé dans le cadre de sa thèse à une simulation d’exploration martienne dans le désert de l’Utah (USA). Les pratiques quotidiennes des membres d’équipage ont été décrites comme une enquête (Dewey, 1938) portant par exemple sur la définition de l’objectif supposé commun de la mission ou sur les rôles attribués aux membres. Emmanuel a effectué une recherche postdoctorale à l’INRA qui porte sur de nouvelles formes d’apprentissage dans des collectifs agroécologiques. Il a par ailleurs amorcé un travail sur la place de l’ontologie en sciences de gestion et sur des ontologies alternatives en privilégiant une perspective pragmatiste.

Ariane Tichit, Maitre de Conférences à l’Université d’Auvergne et chercheur associé au CERDI-CNRS.

Alejandro Lopez, Communication Studies, SDC.

Nos projets

Les programmes de recherche que nous conduisons sont les suivants :

  • Anthropocène, numérique et objets.
  • Economie Politique et Droit des non-humains.
  • Les nouveaux commanditaires Arts et Science.
  • Closing Worlds Initiative.
  • La fabrique des mondes organisationnels.
  • Ontologies numériques des territoires. Culture Maps. Quinoa Web Identity. Bolivia Web Mining.

Expériences pédagogiques

Dark COnf.001

Dans le cadre du Forum des Nouveaux Mondes (Groupe Esc Clermont), nous avons préparé avec la collaboration de France Culture et Origens Media Lab, une Conférence Sonore dans le Noir, c’est la DARK CONFERENCE (le thème est gardé secret). Celle-ci aura lieu ce vendredi 15 de 13h30 à 14h45 dans l’Auditorium 4 Bd Trudaine à Clermont Fd. Expérience pédagogique qui lie archives de Radio France et sampling sonore en live. Immersive et sensorielle, elle cherche à provoquer une expérience de pensée par le détour de l’imaginaire.

 

Anthropocene Walk.001Origens Media Lab et le Groupe ESC Clermont organisent une randonnée urbaine pour expérimenter l’anthropocène. Inspirée des travaux des artistes Karel Doing et Neil Cummings (http://www.neilcummings.com/content/anthropocene-walk-1), cette randonnée vise à dévoiler les infrastructures écologiques qui soutiennent une ville (ici Clermont) et partir à la rencontre des signes tangibles du Changement Climatique.
Randonnée créée par Céline Montero et Origens Media Lab
pour les étudiants du Groupe ESC Clermont.